13.09.2017, 00:01  

Silvan Zindel rejoindra Swiss Volley en mai 2018

Abonnés
chargement
Silvan Zindel rêve de terminer sa carrière sur un coup d’éclat.

 13.09.2017, 00:01   Silvan Zindel rejoindra Swiss Volley en mai 2018

VOLLEYBALL - L’entraîneur du NUC entamera une nouvelle carrière professionnelle à la fin de la prochaine saison.

L’annonce a claqué hier soir comme un smash au milieu des trois mètres. Silvan Zindel (29 ans) quittera son poste d’entraîneur au NUC à la fin de la saison prochaine, sa troisième à la Riveraine en tant que «head coach», la cinquième depuis son arrivée au club en 2013...

L’annonce a claqué hier soir comme un smash au milieu des trois mètres. Silvan Zindel (29 ans) quittera son poste d’entraîneur au NUC à la fin de la saison prochaine, sa troisième à la Riveraine en tant que «head coach», la cinquième depuis son arrivée au club en 2013 comme assistant. Son successeur n’est pas connu.

Le Saint-Gallois ne désertera pas le monde des passes et des manchettes pour autant. Dès le 1er mai 2018, il occupera de nouvelles fonctions au sein de la fédération suisse de volleyball. Nommé responsable Jeunesse et Sport (un job à 40%), Silvan Zindel travaillera également dans la formation des entraîneurs (30%) et la communication de Swiss Volley (30%), principalement sur les réseaux sociaux.

«Je serai responsable de tout ce qui touche au label J+S, comme la planification des cours et la formation des moniteurs. Anciennement affilié à l’Office fédéral du sport, ce poste sera repris par la fédération au 1erjanvier», explique l’entraîneur du NUC. «En parallèle, je partagerai un poste à 60% avec un collègue dans la formation des entraîneurs à Swiss Volley, dans le sport de masse comme dans le sport de compétition. Comme j’ai moi-même suivi le chemin qui mène à ‘head coach’ dans un club professionnel, je sais ce que l’on peut faire pour accompagner et mieux soutenir les entraîneurs en Suisse.»

Le timing de cette annonce, à plus d’un mois du coup d’envoi du championnat de LNA féminine, surprend. «Nous voulions être sûrs d’avoir suffisamment de temps pour trouver mon remplaçant de manière claire et ouverte, et non dans l’urgence», précise Silvan Zindel, qui pourrait conserver sa casquette de directeur technique du NUC. «L’idée est de trouver quelqu’un qui partage la philosophie du club, qui consiste à miser en priorité sur la relève et les joueuses suisses.»

Et puis, aussi, le monde du volley helvétique est un microcosme dont la qualité première n’est pas forcément de savoir garder un secret... «L’offre d’emploi de Swiss Volley était ouverte, et tout le monde dans le milieu était au courant qu’une nomination allait intervenir dans le courant du mois de septembre. Il aurait été impossible de cacher mon futur départ très longtemps!»

A la fin de la saison dernière déjà, Silvan Zindel avouait qu’il ne se verrait pas bosser comme entraîneur toute sa vie. «Les horaires de travail, combinés avec la charge et la pression, imposent un rythme de vie dans lequel il y a peu de place pour d’autres intérêts. J’ai réalisé que j’avais besoin de plus de temps pour moi-même et ma vie privée», souffle le Saint-Gallois. «Je pense avoir accompagné le NUC dans le changement de génération en LNA et consolidé le cadre de la relève. Maintenant, c’est le moment de laisser ma place à quelqu’un d’autre qui pourra faire franchir au club des étapes supplémentaires.»

Silvan Zindel en est convaincu, cette annonce ne plombera pas le moral de l’équipe. «Comme ce sera ma dernière saison au bord d’un terrain de LNA, les joueuses savent que je serai encore plus motivé à m’investir totalement pour réussir», lâche-t-il. «Finir ma carrière d’entraîneur avec une médaille en championnat ou une participation à la finale de la Coupe de Suisse serait un rêve.»

Et désormais un objectif. ptu

le NUC «heureux pour silvan»

«Nous sommes heureux pour Silvan, qui a décroché le job qui correspond parfaitement à ses ambitions et ses compétences», assure Jo Gutknecht, la présidente du NUC. «En quatre saisons, il a beaucoup apporté au club en intensifiant la présence des talents régionaux au sein de nos équipes élite, en relevant le défi de limiter les renforts étrangers en LNA, mais aussi en donnant à notre mouvement juniors une dimension importante et une ambition propice au développement des jeunes. Nous souhaitons vivement qu’il puisse continuer à assumer sa fonction de directeur technique, mais cela reste une option à discuter.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top