14.09.2017, 00:01  

Après Manchester, le FC Bâle positive

Abonnés
chargement
Le Bâlois Michael Lang a avoué un «sentiment d’impuissance» à certains moments.

 14.09.2017, 00:01   Après Manchester, le FC Bâle positive

Par ats

LIGUE DES CHAMPIONS - Le coach rhénan défend ses hommes, battus 3-0 à Old Trafford.

«Nous n’avons pas à rougir de cette défaite»: à l’image de son défenseur Michael Lang, le FC Bâle a voulu voir le positif de son début de campagne en Ligue des champions, malgré la nette défaite concédée mardi soir face à Manchester United (3-0).

«Perdre 3-0 contre Manchester United, ce n’est pas quelque chose qui vous rend joyeux....

«Nous n’avons pas à rougir de cette défaite»: à l’image de son défenseur Michael Lang, le FC Bâle a voulu voir le positif de son début de campagne en Ligue des champions, malgré la nette défaite concédée mardi soir face à Manchester United (3-0).

«Perdre 3-0 contre Manchester United, ce n’est pas quelque chose qui vous rend joyeux. Mais je ne dirais pas que je suis déçu par mon équipe», a assuré l’entraîneur bâlois, Raphaël Wicky. «J’ai vu une équipe vivante, qui souffrait, mais qui s’est battue jusqu’à la 90e minute. L’équipe ne s’est jamais effondrée», a jugé le Valaisan. Même son de cloche chez le directeur sportif Marco Streller: «Je pense que nous avons fait un pas dans la bonne direction. Je suis satisfait de la performance des joueurs», a-t-il estimé.

Même l’entraîneur mancunien José Mourinho a relevé que Bâle s’était bien battu. «Ils étaient bien organisés, bouchant tous les espaces. Ils ont compris que mes joueurs avaient changé de mentalité à 2-0. Ils ont ensuite posé quelques problèmes», a concédé le Portugais.

Ces beaux discours ne feront toutefois pas oublier que la marche était beaucoup trop haute pour ce Bâle-là. «Sur les deux premiers buts de Fellaini et de Lukaku, j’ai un sentiment d’impuissance. Je ne vois pas comment vraiment défendre devant de tels joueurs dans les duels aériens», a, par exemple, confié Michael Lang.

Raphaël Wicky a, lui, rappelé que ses hommes étaient condamnés à l’exploit avant cette rencontre. «Pour ramener quelque chose face à une telle équipe, il convient de livrer le match parfait», a-t-il noté, laissant entendre que, finalement, le FCB avait été loin du compte face à l’actuel leader de Premier League.

Le FC Bâle retrouvera la Ligue des champions le 27 septembre à Saint-Jacques contre le Benfica, l’autre gros morceau de ce groupe A, étonnement battu chez lui mardi par le CSKA Moscou (2-1).

Mais avant d’envisager ce nouveau gros challenge, les Rhénans devront retrouver des couleurs sur la scène nationale, où ils n’ont plus gagné depuis trois matches (nuls face à Sion et Lugano, défaite contre Lausanne). Bâle affronte dimanche Chiasso en Coupe de Suisse, puis Saint-Gall mercredi prochain en Super League. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top