13.09.2017, 00:01  

Une coupe à l’accent régional

Abonnés
chargement
La Garmin Bike Cup a connu une sensible augmentation de participation en 2017.

 13.09.2017, 00:01   Une coupe à l’accent régional

Par mathieu roduit

VTT - L’édition 2017 de la Garmin Bike Cup a été dominée par les vététistes neuchâtelois. Bilan en sept points.

La Garmin Bike Cup a connu son épilogue dimanche dernier à Tramelan. Si, à l’Eole Bike, les Neuchâtelois ont trouvé une rude concurrence, il n’en a pas été autant sur l’ensemble de la bien nommée coupe romande de VTT. Nicolas Lüthi a glané sa «decima» au général, tandis que les espoirs neuchâtelois commencent à pointer le bout de leur...

La Garmin Bike Cup a connu son épilogue dimanche dernier à Tramelan. Si, à l’Eole Bike, les Neuchâtelois ont trouvé une rude concurrence, il n’en a pas été autant sur l’ensemble de la bien nommée coupe romande de VTT. Nicolas Lüthi a glané sa «decima» au général, tandis que les espoirs neuchâtelois commencent à pointer le bout de leur nez. Retour sur une compétition prisée des régionaux, qui pourrait se développer en 2018 (lire encadré).

Les vététistes neuchâtelois ont été des plus prolifiques sur cette édition de la Garmin Bike Cup. Au total, huit victoires au classement général sont tombées dans l’escarcelle des coureurs cantonaux. C’est deux de plus que les Vaudois (6 victoires). Les Fribourgeois (5) et les Valaisans (1) complètent le tableau des médailles.

Sur l’ensemble des dix manches, plus de 800 Neuchâtelois ont pris part à la Garmin Bike Cup. A chaque étape, un vivier d’une soixantaine de coureurs, au minimum, a fait le déplacement.

On ne présente plus la fratrie Lüthi. Nicolas, l’aîné, a fait main basse sur le classement général toutes catégories confondues pour la dixième fois (2007 à 2017, sauf 2013). Plus fort encore, le deuxième fils de Georges Lüthi, Patrick, grimpe sur la deuxième marche finale (1er chez les hommes). Le Marinois s’illustre également en Enduro, puisqu’il a fait main basse sur l’Helveti’Cup, la Coupe de Suisse, dimanche dernier. Un doublé neuchâtelois sur la Garmin Bike Cup, c’est la troisième année consécutive que cela se produit. En 2015 et 2016, Nicolas Lüthi avait précédé le Vaudruzien Christophe Geiser.

Le VTT neuchâtelois est promis à un bel avenir. On en veut pour preuve l’hégémonie des régionaux dans les catégories juniors (17-18 ans) et cadets (15-16 ans). Le Colombinois Ludovic Ducommun a survolé les débats à l’échelon juniors, devançant notamment le Chaux-de-Fonnier Batiste Schumacher (3e). Karine Delley (La Chaux-de-Fonds) en a fait de même chez les filles. En cadets, les lauriers de la Garmin Bike Cup sont revenus aux prometteurs Léon Denervaud (Peseux) et Camille Roy (La Chaux-de-Fonds).

La qualité donc, mais aussi la quantité puisque les premiers rangs des catégories de la relève sont l’apanage des Neuchâtelois. Encourageant pour les prochaines années!

A Planeyse comme au Roc du Littoral – les deux courses régionales de la Garmin Bike Cup –, le bilan est plutôt réjouissant. Véritable «prologue» du championnat, Planeyse a battu son record de participation avec 450 concurrents au départ d’un tracé accessible. «La VTT Planeyse a sa place dans la Garmin Bike Cup. C’est une épreuve atypique et différente des autres», estime Philippe Clerc, son organisateur. «Appartenir à ce championnat est incontournable. Même si nous avons les mains liées avec la Garmin, cela garantit un taux de participation.» En 2018, l’épreuve colombinoise devrait se tenir une semaine plus tôt qu’à l’accoutumée (mi-avril).

Alain Juan, dont l’édition 2018 sera la dernière à la tête du comité d’organisation du Roc du Littoral (376 coureurs en mai 2017), apporte, lui, quelques nuances. «Depuis quelques années, la participation stagne», confie le Saint-Blaisois. «Nous nous reposons trop sur nos habitudes et nous ne sommes pas très créatifs.» Les organisateurs des deux seules manches neuchâteloises assurent néanmoins vouloir poursuivre l’aventure de la Garmin Bike Cup.

«Le bilan est assez satisfaisant», se réjouit Roland Müller, patron de MSO-Chrono et organisateur de la Garmin Bike Cup. «Après, nous avons toujours des idées d’améliorations derrière la tête.» Cette saison, le Raid Evolénard et la ValTerbiMania (à Montsevelier, dans le Jura) ont apporté de la nouveauté à la compétition. Malgré tout, Roland Müller confie rester à l’écoute des dix organisateurs. «Après, si on écoutait trop nos coureurs, on devrait changer des choses chaque semaine!» s’exclame le résident de Perrefitte. «Mais leur avis est aussi pris en compte pour s’améliorer.»

Entre sept et vingt dames (à Planeyse) à chaque course: la gent féminine ne se déplace pas en masse sur les manches de la Garmin Bike Cup. «Le VTT est déjà un sport difficile pour les dames. Elles sont peu nombreuses mais ont beaucoup de mérite», raconte Roland Müller. «Chez les tout petits, on en voit plusieurs. Mais, plus elles deviennent âgées, moins elles pratiquent.» Une tendance qui n’est pas imputable qu’au seul VTT, puisque le sport cycliste dans son ensemble pâtit d’une faible proportion de dames.

Toujours du côté des dames, Joanie Huguenin (Lugnorre) a terminé au troisième rang du classement général. La Neuchâteloise d’origine, membre du VC Vignoble, s’est même fait voler son fauteuil de dauphine le week-end dernier à Tramelan. La Fribourgeoise Ilona Chavaillaz (Sommentier) l’a emporté avec 1760 points, soit près de 180 longueurs d’avance sur Huguenin. Depuis 2012 et le sacre de Marine Groccia, les Neuchâteloises Stéphanie Métille et Florence Darbellay s’étaient partagé l’épreuve. Cette saison, elles ont préféré miser sur le Grand Raid avec réussite. Stéphanie Métille a enlevé la course d’Hérémence, tandis que Florence Darbellay a frappé les esprits en remportant la course reine depuis Verbier. Difficile de jouer sur tous les terrains.

Une Coupe de plus à l’avenir?

A la demande du sponsor Garmin, qui parraine également le championnat des VTT marathons, une nouvelle coupe pourrait être mise sur pied courant 2018-2019. «La Garmin Bike Cup existerait toujours. Mais les points marqués à certaines manches compteraient également pour la nouvelle coupe», tient à préciser Roland Müller, le boss du championnat romand, sans donner davantage d’explications. Cette coupe parallèle à l’existante se disputerait au niveau national.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top