12.09.2017, 00:01  

Bientôt la fin d’un siècle d’attente pour la Ville Lumière

Abonnés
chargement
La tour Eiffel resplendira aux couleurs  de l’olympisme.

 12.09.2017, 00:01   Bientôt la fin d’un siècle d’attente pour la Ville Lumière

Par ats

OLYMPISME - Alors que des soupçons de corruption planent autour de l’attribution des Jeux de Rio, Paris et Los Angeles seront adoubés demain.

L’épilogue se rapproche... L’interminable attente de Paris, qui n’a plus organisé les Jeux olympiques depuis un siècle (1924), doit prendre fin demain, jour de l’attribution des JO 2024, et de ceux de 2028 à Los Angeles, après un conclave du CIO qui a débuté hier à Lima, avec en toile de fond les soupçons de corruption qui visent...

L’épilogue se rapproche... L’interminable attente de Paris, qui n’a plus organisé les Jeux olympiques depuis un siècle (1924), doit prendre fin demain, jour de l’attribution des JO 2024, et de ceux de 2028 à Los Angeles, après un conclave du CIO qui a débuté hier à Lima, avec en toile de fond les soupçons de corruption qui visent les JO 2016 de Rio.

Paris voit enfin le bout du tunnel. Après trois douloureux échecs, le dernier face à Londres, la ville où Pierre de Coubertin a fondé le CIO et fait renaître les JO va enfin connaître le goût de la victoire, et ce pour la troisième fois (après également 1900).

Au terme d’une procédure inédite où après les renoncements de Hambourg, Rome et Budapest, Thomas Bach n’a voulu perdre aucune des deux «excellentes candidatures», les cardinaux du CIO doivent également attribuer les JO 2028 à Los Angeles, déjà ville hôte en 1932 et 1984.

Pour la première fois depuis 1984 (Los Angeles était alors la seule ville candidate), le suspense est donc levé, plus besoin, comme par le passé, de tractations ni de «lobbying» de dernière minute.

Demain, à l’issue d’une ultime présentation de 25 minutes de chacune des deux villes, les membres du CIO réunis en session devraient, à mains levées, entériner l’accord tripartite qui ne faisait plus aucun doute depuis qu’en juillet le CIO avait validé cette double attribution. «C’est une décision très spéciale qui peut être historique», s’est réjoui Thomas Bach à son arrivée à Lima. «Nous avons face à nous deux grandes villes. Attribuer les Jeux n’est pas une question de quantité mais de qualité. Il s’agit de désigner le meilleur hôte pour les meilleurs athlètes du monde», a-t-il ajouté.

Avant l’heure des célébrations, la commission exécutive du CIO va devoir évoquer des sujets moins souriants. A commencer par les soupçons de corruption qui pèsent sur l’attribution des JO 2016 à Rio.

Les autorités brésiliennes ont en effet lancé mardi passé une vaste opération à l’encontre du chef de la candidature carioca, Carlos Nuzman, ancien membre du CIO, soupçonné d’avoir organisé l’achat de voix au sein de l’instance pour obtenir, en 2009, l’attribution des Jeux aux dépens de Madrid, Tokyo et Chicago. «Le CIO prendra toutes les mesures et infligera les sanctions appropriées si des preuves sont apportées», a assuré Thomas Bach .

La menace nord-coréenne

Un état des lieux sera également dressé de la préparation des JO d’hiver qui débutent dans cinq mois à Pyeongchang en Corée du Sud (9-25 février 2018).

Alors que les tensions sont vives dans la région une semaine après l’essai d’une bombe H par la Corée du Nord, la première phase de vente de billets pour les épreuves «a été plutôt décevante», a reconnu cette semaine le comité d’organisation.

Une seconde phase de vente a débuté sur laquelle comptent beaucoup les organisateurs, car ainsi que l’a rappelé le Suisse Gian Franco Kasper, membre du gouvernement olympique, «au sein du CIO et de la commission exécutive, aucun plan B n’a été discuté jusqu’à présent». ats

des jeux «transparents»

Les équipes de Paris 2024 ont salué depuis la capitale péruvienne l’opportunité d’organiser des Jeux «transparents» et destinés au plus grand nombre. La maire de Paris, Anne Hidalgo, et Tony Estanguet, coprésident du comité de candidature, ont souligné devant la presse le souci de transparence de la campagne Paris 2024 depuis son lancement il y a deux ans. Des accusations de corruption ont émergé la semaine dernière sur l’attribution des Jeux 2016 à Rio, en 2009. «Nous avons la responsabilité d’être aussi transparents que possible car nous savons qu’il y a des critiques dans la population», a déclaré l’ancien champion olympique de canoë.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top