08.09.2017, 00:01  

Cinq Vaudruziens à «donf» dans leur caisse à savon

Abonnés
chargement
1/4  

 08.09.2017, 00:01   Cinq Vaudruziens à «donf» dans leur caisse à savon

SPRINT - Ils seront "à donf" dans leur caisse à savon. Cinq jeunes Vaudruziens sélectionnés pour la course Red Bull, à Lausanne.

Maxime, Yvan, André, Clément et Luka sont sur les chapeaux de roues. Hier soir, les cinq potes vaudruziens fignolaient les derniers détails de leur bolide. Dimanche, ils s’apprêtent à dévaler à vive allure les rues pentues de Lausanne à bord de leur «Hélifrite». Sélectionnés pour la Red Bull Caisse à Savon 2017, ils vont mettre le turbo.

Agé de 18 ans, Maxime Mosset a embarqué ses quatre amis dans cette folle aventure. L’apprenti de Cernier les a...

Maxime, Yvan, André, Clément et Luka sont sur les chapeaux de roues. Hier soir, les cinq potes vaudruziens fignolaient les derniers détails de leur bolide. Dimanche, ils s’apprêtent à dévaler à vive allure les rues pentues de Lausanne à bord de leur «Hélifrite». Sélectionnés pour la Red Bull Caisse à Savon 2017, ils vont mettre le turbo.

Agé de 18 ans, Maxime Mosset a embarqué ses quatre amis dans cette folle aventure. L’apprenti de Cernier les a convaincus de participer à la course. «On a dû envoyer un croquis de la caisse à savon», raconte le jeune homme, réjoui que leur dossier ait été retenu parmi 900 candidatures. Les Vaudruziens ont ensuite construit l’engin de A à Z. «Je n’ai jamais fait une course en caisse à savon, mais j’aime fabriquer des engins qui roulent. C’est mon passe-temps, après le sport et mon apprentissage de polymécanicien.»

Car si Maxime n’a jamais pris part à une épreuve de ce genre, il connaît en revanche la compétition. Il fait partie de l’équipe suisse de télémark – technique entre le ski alpin et le ski de fond. «En tant que sportif, je suis un compétiteur, alors j’espère qu’on va bien se placer. Mais je pense que notre caisse à savon est assez solide.»

Récup’ et frites colorées

Bricoleur, Maxime a pris les devants pour concevoir le bolide, secondé par ses amis. Principalement fabriqué avec de la récup’, le bolide n’a coûté que 150 francs. En acier et alu, la caisse à savon est ornée de frites en mousse multicolores – pour la baignade. D’où son nom «Hélifrite». Roues de vélomoteur sur jantes de karting, l’engin est paré pour foncer le long de l’avenue d’Ouchy. «Le magasin Décathlon nous a offert quarante frites, et on en a achetées quarante. Comme il nous sponsorise, la caisse à savon sera exposée une semaine dans leur magasin à Marin.»

«On l’a essayée l’autre jour sur la route. On arrive à atteindre 70 km/h sans moteur» Et oui, car la particularité de ces véhicules est de n’avoir ni moteur ni pédales et de rouler en descente, avec un pilote et un copilote aux commandes. D’ailleurs, dimanche, André, Clément et Luka pousseront la caisse à savon jusqu’à la ligne de départ. Une fois passée, ils encourageront Yvan et Maxime, pilote et copilote du bolide de 80 kilos.

«Comme je suis l’initiateur du projet, j’avais d’office ma place dans la caisse à savon», assure Maxime. Les autres postes ont été décidés au jeu Puissance 4. «Comme j’ai gagné, je suis le pilote», note, enthousiaste, Yvan Bula, 25 ans, qui a déjà souvent roulé en karting. Et cet habitant de Fontaines de souligner qu’il aura une grande responsabilité: «Prendre les bonnes trajectoires», pendant que le copilote fera contrepoids dans les virages. «Et surtout, je ne dois pas casser la caisse à savon car on a l’intention de lui mettre un moteur après la course.»

Arrivé premier ne suffira pas pour remporter la victoire. En plus de la vitesse, les équipes seront évaluées selon deux autres critères: leur style durant l’épreuve et leur créativité dans la conception de la caisse à savon. Les frites plairont-elles?

troisième édition en suisse

C’est en 2000 à Bruxelles que Red Bull a lancé la première course de caisse à savon. Depuis, une centaine d’autres épreuves se sont tenues à travers le monde. Cette année, la Suisse accueille la Red Bull Caisses à Savon pour la troisième fois. La première édition avait eu lieu à Berne en 2003, suivi de Lausanne en 2005. Ce dimanche, la cité vaudoise remet le couvert en recevant les pilotes des 65 équipes sélectionnées. Au départ, près de 900 candidatures avaient été envoyées.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top