13.09.2017, 00:01  

Le secteur des Sansfoin s’urbanise

Abonnés
chargement
1/6  

 13.09.2017, 00:01   Le secteur des Sansfoin s’urbanise

CRESSIER - Moderne, le nouveau bâtiment de la structure parascolaire L’Interlude vient d’être inauguré. Au nord, les logements destinés aux personnes âgées sont presque en phase de finition.

«C’est magnifique! Nous sommes tellement contents.» Directrice de la structure d’accueil parascolaire L’Interlude et de la crèche Tartine et chocolat, à Cressier, Dominique Morand ne tarit pas d’éloges.

L’objet? Le tout nouveau bâtiment érigé sur la parcelle des Sansfoin, qui, depuis la rentrée scolaire, accueille désormais des écoliers. Ces derniers, du reste, n’ont pas même une rue à traverser pour...

«C’est magnifique! Nous sommes tellement contents.» Directrice de la structure d’accueil parascolaire L’Interlude et de la crèche Tartine et chocolat, à Cressier, Dominique Morand ne tarit pas d’éloges.

L’objet? Le tout nouveau bâtiment érigé sur la parcelle des Sansfoin, qui, depuis la rentrée scolaire, accueille désormais des écoliers. Ces derniers, du reste, n’ont pas même une rue à traverser pour s’y rendre depuis leur collège quasiment adjacent.

Forte de ses 525 mètres carrés et de son toit végétalisé, la nouvelle bâtisse parascolaire accueille 45 enfants en moyenne à midi. Ceux-ci bénéficient de deux salles à manger et de deux autres salles de loisirs, ainsi que d’une place de jeux extérieure avec un sol mou, question d’éviter les genoux en sang. Une grande cuisine bien équipée permet de mitonner de bons petits plats et de conserver pas mal de victuailles dans les imposants congélateurs.

Chauffage à pellets

En plus des six toilettes, une salle de douche a été aménagée en cas de grosses salissures. Un local, permettant de prendre une pause, est également à disposition des employé(e) s qui sont au nombre de sept. Soit: quatre éducatrices diplômées, un apprenti, un cuisinier et un aide cuisinier. Les locaux sont, par ailleurs, alimentés par un chauffage à pellets se trouvant dans l’immeuble d’en face, destiné aux aînés (lire encadré). Le coût des travaux pour cet Interlude nouveau s’élève à 2,2 millions de francs. Ce crédit avait été adopté par le Conseil général en novembre 2015. Si Dominique Morand s’avoue si contente, c’est qu’en vingt années passées à tenir les rênes de la crèche, puis de la structure parascolaire, elle s’est battue pour que les petits Cressiacois aient un toit pendant que leurs parents travaillent. Si la crèche Tartine et chocolat est née dans les locaux du château, et y est toujours installée, du reste, l’accueil parascolaire, lui, a passablement voyagé.

Un premier projet sur le terrain des Sansfoin ayant avorté voici une dizaine d’années et le château étaLewnt en réfection, L’Interlude a dû s’installer au chalet Saint-Martin. Puis dans la cuisine du collège, avant de regagner la salle des sociétés une fois le château rénové. Mais voilà aujourd’hui la structure bien implantée. Sa directrice, qui prendra sa retraite dans dix mois – et qui sera remplacée par Aline Gerber, œuvrant déjà à L’Interlude – quittera ainsi ce qui fut un peu sa deuxième famille, le cœur serein.

Seize appartements pour les aînés

Ils seront habitables dès le début de l’année prochaine, mais visitables courant novembre déjà. Les seize appartements (onze de 2,5 pièces et cinq de 3,5 pièces) avec encadrement à l’usage des aînés, sont également érigés sur le terrain des Sansfoin, à Cressier. Entre le home Saint-Joseph et la toute neuve structure parascolaire, ils répondent à un «un concept de mixité de population intéressant», souligne Michel Veillard, conseiller communal en charge de l’Urbanisme.

Mixité, certes, mais pas synergie. Les appartements sont destinés à des aînés encore autonomes, qu’une surveillance juste assurée par le concierge (qui habitera sur les lieux), rassure. Si ceux qui le souhaitent pourront se faire livrer des repas par une structure extérieure, voire éventuellement par le home, chaque appartement est équipé d’une cuisine agencée. La convivialité faisant parti des objectifs de tels immeubles, une salle commune (également équipée d’une petite cuisine) accueillera les locataires à leur convenance.

En ce lieu, moyennant une réservation, ils pourront également recevoir famille ou amis. Une «rue intérieure», soit un couloir ouvert au public passant sous le bâtiment, est déjà visible. Les locataires auront tout loisir d’y croiser des gens. D’un coût de 6,3 millions de francs, ce bâtiment appartient à une coopérative constituée de la commune et de la corporation Saint-Martin. Ses seize appartements (17 si l’on compte celui du concierge) ne sont pas subventionnés. Un choix opéré afin d’éviter que le confort offert soit péjoré (notre édition du 29 novembre 2014).


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top