06.09.2017, 17:39  

Centrale neuve pour les pompiers de Neuchâtel

Abonnés
chargement
Un opérateur pompier est désormais intégré à la nouvelle Centrale neuchâteloise d’urgence, dans les locaux de la police.

 06.09.2017, 17:39   Centrale neuve pour les pompiers de Neuchâtel

Secours - Les appels au 118 sont traités à l’aide d’un système informatique. Alerte par SMS, des tablettes dans les véhicules, quelles sont les nouveautés pour les pompiers neuchâtelois?

Une vaste salle semi-circulaire, nichée au cœur du BAP, le quartier général de la police neuchâteloise, situé aux Poudrières, à Neuchâtel. C’est ici, à la Centrale neuchâteloise d’urgence (CNU), qu’atterrissent les appels passés aux numéros de secours 117, 112 et, depuis quelques jours, 118. Rappelons que le 144 aboutit désormais à Lausanne.

Depuis cette réorganisation du dispositif d’alarme pompier, un opérateur spécialiste de ce domaine est présent dans les locaux de la CNU 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, aux côtés...

Une vaste salle semi-circulaire, nichée au cœur du BAP, le quartier général de la police neuchâteloise, situé aux Poudrières, à Neuchâtel. C’est ici, à la Centrale neuchâteloise d’urgence (CNU), qu’atterrissent les appels passés aux numéros de secours 117, 112 et, depuis quelques jours, 118. Rappelons que le 144 aboutit désormais à Lausanne.

Depuis cette réorganisation du dispositif d’alarme pompier, un opérateur spécialiste de ce domaine est présent dans les locaux de la CNU 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, aux côtés de deux opérateurs policiers. Lorsqu’un appel d’urgence parvient à la centrale, c’est le premier opérateur disponible qui répond. «S’il s’agit d’un feu de poubelle, n’importe lequel peut le traiter. Si c’est plus spécifique, c’est l’opérateur pompier qui le prend», explique Christophe Auberson, chef de la CNU.

Les pompiers, professionnels ou volontaires, reçoivent immédiatement une alerte par SMS. Photo: David Marchon

L’ordinateur propose...

Lorsqu’un sinistre est annoncé, l’opérateur pose quelques questions types: y a-t-il de la fumée? Des flammes? Des personnes à secourir? Il entre rapidement les réponses dans Saga, le nouveau système informatique d’aide à l’engagement. L’ordinateur dispose de 49 protocoles différents en matière de secours pompier, allant du feu de broussailles à un incendie à la raffinerie de Cressier, en passant par toute une série liée aux accidents de la route. C’est donc Saga qui choisit le protocole approprié, qui correspond à des moyens définis: tonne-pompe, véhicule avec échelle, etc.

L’alerte est transmise au détachement de premier secours le plus proche du sinistre. L’opérateur du CNU, qui fait aussi le suivi de l’intervention et peut faire intervenir des renforts, dispose d’une liaison directe par interphone avec la caserne du Service d’incendie et de secours (SIS) de Neuchâtel. Le système envoie également un SMS à tous les pompiers concernés, professionnels ou volontaires. Ces derniers doivent rapidement annoncer s’ils sont disponibles ou pas. Des tablettes installées dans chaque véhicule permettent ensuite de suivre toute l’intervention en temps réel.

 Une tablette dans chaque véhicule permet d’annoncer le nombre d’hommes engagés et de suivre l’intervention en temps réel. Photo: David Marchon 

...le chef pompier dispose

Si le dispositif d’alarme est géré en grande partie par un système informatique, tant pour les personnes que pour le matériel, c’est toujours un être humain qui a le dernier mot: le chef d’intervention. «C’est lui, au final, qui décide des moyens à engager, en se basant sur sa connaissance du terrain», précise Christophe Gutknecht, 1er lieutenant au SIS. Il peut revoir le dispositif à la hausse, mais aussi à la baisse. Il renoncera, par exemple, à faire intervenir un camion-échelle pour un feu de déchets.

Malgré quelques «bugs de jeunesse», selon les mots de Maxime Franchi, inspecteur cantonal des sapeurs pompiers à l’Etablissement cantonal d’assurance et de prévention (Ecap), ce système permet d’éviter de sortir l’artillerie lourde à chaque sinistre de moindre importance.  Parce que «voir six véhicules pour un feu de poubelle, dans la population, ça passe mal».

«La population a besoin des volontaires» 

La fermeture, à la fin de l’année, des points de départ de Colombier et La Tène (notre édition du 27 juillet) fait grincer certaines dents. Un courrier anonyme envoyé à notre rédaction avance que les temps d’intervention ne pourront plus être respectés dans certains endroits du Littoral. Une supposition que balaie l’inspecteur cantonal des sapeurs-pompiers, Maxime Franchi: «Une étude a été commandée à une entreprise d’ingénieurs en circulation. Des tests chronométrés ont ensuite été réalisés.»

Cartes à l’appui, Maxime Franchi montre qu’il est possible pour les pompiers de Neuchâtel d’intervenir à Marin en dix minutes, depuis le moment où l’alarme est donnée. Ou qu’il faut moins de 15 minutes aux pompiers volontaires basés à Cortaillod pour arriver à Bôle.

Autre reproche: la Coordination suisse des sapeurs-pompiers recommande un minimum de huit hommes par intervention, contre six à Neuchâtel. «On a une carence en pompiers volontaires, dans tout le pays», explique Maxime Franchi. De 3200 pompiers dans le canton en 1997, on est passé aujourd’hui à un peu plus de 1000. «La jeune génération ne s’engage plus et les entreprises ont de la peine à laisser partir leurs employés.»

Aujourd’hui, l’Ecap cherche moins à recruter qu’à «valoriser les volontaires en place, pour les garder». Car «la population a besoin d’eux».


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

Defense incendieDes casernes de pompiers du Littoral neuchâtelois vont fermer leurs portes à la fin de l'annéeDes casernes de pompiers du Littoral neuchâtelois vont fermer leurs portes à la fin de l'année

InaugurationNouvelle centrale d'urgence inaugurée à NeuchâtelNouvelle centrale d'urgence inaugurée à Neuchâtel

Nouvelle centrale d'urgence inaugurée

La nouvelle centrale d'urgence du canton de Neuchâtel a été inaugurée ce mardi. Les appels aux 112, 117 et 118 seront...

  04.07.2017 16:40

Top