14.09.2017, 00:01  

Le petit festival qui sait attirer les grands

Abonnés
chargement
Cédric Humair présente le livre de Jaime Martin, «Jamais je n’aurai 20 ans»,  qui vient tout juste de sortir chez Dupuis.

 14.09.2017, 00:01   Le petit festival qui sait attirer les grands

Par Pierre-alain brenzikofer

TRAMLABULLE - Le festival de bande dessinée, qui se déroulera du 22 au 24 septembre, réussit à capter autant des grands noms que des perles naissantes. Son principal atout: la proximité avec les auteurs.

L’affiche évoque un peu «No pasaran», le slogan des républicains espagnols luttant contre Franco. Normal: elle est l’œuvre de Jaime Martin, qui a notamment rendu hommage à ces combattants dont faisaient partie ses grands-parents, dans le très explicite «Jamais je n’aurai 20 ans». A Tramlabulle, 21e du nom, par...

L’affiche évoque un peu «No pasaran», le slogan des républicains espagnols luttant contre Franco. Normal: elle est l’œuvre de Jaime Martin, qui a notamment rendu hommage à ces combattants dont faisaient partie ses grands-parents, dans le très explicite «Jamais je n’aurai 20 ans». A Tramlabulle, 21e du nom, par contre, tout le monde passera. Et gratuitement.

De Courbet à Percevan

Une fois de plus, hier, lors de la conférence de presse tenue au Centre interrégional de perfectionnement de Tramelan, le président Cédric Humair, en bédéphile de fer, a pu dévoiler un programme d’une incroyable richesse.

Il s’est notamment réjoui d’une présence féminine accrue – onze sur 33 – parmi les auteurs et scénaristes. Dans l’univers très masculin de la BD, un exploit à saluer. Parmi tous ces gens, deux Espagnols, six Belges, onze Français. Et quatorze Suisses, dont neuf femmes. Ils sont quinze à n’avoir jamais posé leur stylo ou leur pinceau au CIP.

Et il y en aura pour tous les goûts et tous les âges. C’est que la galaxie BD est infinie. Entre l’Espagnol Oriol, qui mélange BD et peinture, et André Houot, qui parlera de Gustave Courbet, quel espace! «C’est amusant parce que le canton du Jura vient de se voir offrir un tableau de Courbet, qui vécut à Ornans, tout près de chez nous», relève Cédric Humair.

Les kids ne sont jamais oubliés. Ils pourront notamment s’éclater en compagnie de Michel Rodrigue («Cubitus»), Philippe Fenech («Mes cop’s») et Philippe Luguy, qui s’en revient à Tramelan après une pause de dix ans, toujours en compagnie de son preux chevalier «Percevan».

Daniel Bardet, lui, traîne toujours dans «Les chemins de Malefosse», en pleine guerre de religion. Quant au fidèle Al Coutelis, il s’en viendra promouvoir «Les forçats du Tour de France» et «Le député», histoire d’un politicien hors sol plongé dans les méandres de l’Assemblée nationale.

La région en force

Pour la bonne bouche, on mentionnera encore quelques régionaux comme Vay (Valérie Lötscher, de Grandval) et ses illustrations pour enfants, mais aussi, côté fanzines, «La Gazette du tête-Art», de Courtelary, le virevoltant Denys Mathey, le plus Bruxellois des Tramelots – à moins que ce ne soit l’inverse – et le Tavannois Crigou. Avec Alain Auderset, enfin, soufflera un esprit forcément saint.

Tramlabulle, c’est aussi des stands d’occasion comme de collection, la participation active de l’association tramelote Livres en liberté, ainsi que Troccazabulles, antre bien connue ouverte aux particuliers désireux d’échanger ou de vendre.

Auteurs et dessinateurs présents

Anda CH, Puppe/La Bûche

Auderset Alain CH, Willy Grunch

Bardet Daniel F, Les chemins de Malefosse

Carine CH, Wolfo

Caro CH, Le meilleur du dessin de presse Vigousse

Cavé CH, Guy et Sara

Coutelis Al F, Le député/Nous, forçats du Tour de France

Fenech Philippe F, Mes cop’s/Ulysse

Fiaux Gilles-Emmanuel CH, La chasse à la licorne

Gauckler Philippe F, Koralovski

Gilson Bruno B, Sexyscope

Houot André F, Le rendez-vous d’onze heures

Jacqmin Nina B, La tristesse de l’éléphant

JM Damien F, Art contemporain

Kox Daniel B, L’agent 212

L’Epée Vincent CH, A la pointe de l’Epée

Luguy Philippe F, Percevan

Malik B, Cupidon/Sortilège

Martin Jaime E, Jamais je n’aurai 20 ans/Les guerres silencieuses

Odrade, CH, Le chat qui n’aimait pas les croquettes

Oriol E, Natures mortes/Les trois fruits

Pal Degome CH, Floppy

Raives B, Les suites vénitiennes/Les Temps nouveaux

Regnauld Pascal F, Le trou de mémoire

Ricossé Julie F, Morocco Jazz/Prospero

Rodrigue Michel F, Cubitus/P’tit Chabal

Roman Olivier F, Les fables de l’Humpur/Alchimie/Harry Dickson

Schaller Maëlle CH, Contes du soir

Sjöstedt Nicolas CH, Le meilleur du dessin de presse Vigousse

Vanderauwera Yasmine CH, J’ai bien noté… tout ce qu’on s’est dit Volume 2

Vaucher Fanny CH, Pilules polonaises/Varsovie métropole

Vay CH, Aristide, Aldo le Croco et les singes

Warnauts Eric B, Les suites vénitiennes/Les Temps Nouveaux

+ Les fanzines.

Expos aux roses

Tramlabulle fera une fois de plus la part belle aux expos. On découvrira les coulisses de la création des albums de Jaime Martin, sur fond d’Espagne menacée par la dictature franquiste.

Anne-Danielle Furrer, dite Anda, revient à Tramelan sur les lieux de son enfance. Elle mettra en avant notamment «En dehors», nouvelle création prenant la forme d’une BD muette.

Quant à Caroline Rutz, dite Caro, présentera son point de vue sur l’actualité nationale et internationale. Cette expo est déjà visible au CIP, comme les deux précitées.

Mise à disposition par le festival Bédéciné d’Illzach, l’expo «Les chiens dans la bande dessinée» permettra de constater que cet animal est omniprésent dans cet univers. Ouarf!

Enfin, on s’en voudrait d’oublier le collectif genevois La Puce, fidèle parmi les fidèles de Tramlabulle, qui proposera «Les aventures de Merlock H». pabr - RéD


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top