13.09.2017, 16:42  

L’offre sur le marché neuchâtelois du logement est à la hausse

Abonnés
chargement
La construction de nouveau logements – ici au Landeron – est venue doper l'offre.

 13.09.2017, 16:42   L’offre sur le marché neuchâtelois du logement est à la hausse

Immobilier - La situation se détend sur le marché du logement dans le canton de Neuchâtel. Au 1er juin de cette année, 1444 logements vacants sont recensés, soit 373 de plus qu’une année auparavant. En atteignant 1,53%, la proportion la plus élevée depuis l’an 2000, le taux de vacance dépasse de peu le seuil de pénurie fixé à 1,5%.

«C’est une bonne nouvelle de retrouver l’équilibre. La bulle immobilière n’est pas d’actualité dans le canton», commente Nicole Decker, cheffe de l’Office cantonal du logement. «En tant que locataire, vous avez plus de choix et une pression moins forte sur les prix.»

La situation neuchâteloise se rapproche aussi de ce qui se passe sur le plan suisse, où le taux de pénurie atteint 1,47%. «Un marché équilibré, une offre aussi conséquente,...

«C’est une bonne nouvelle de retrouver l’équilibre. La bulle immobilière n’est pas d’actualité dans le canton», commente Nicole Decker, cheffe de l’Office cantonal du logement. «En tant que locataire, vous avez plus de choix et une pression moins forte sur les prix.»

La situation neuchâteloise se rapproche aussi de ce qui se passe sur le plan suisse, où le taux de pénurie atteint 1,47%. «Un marché équilibré, une offre aussi conséquente, mais pas égale partout», note-t-elle en référence aux disparités régionales.

A prendre avec des pincettes

La statistique – les chiffres sont ceux du 1er juin – mérite quelques nuances. «Ça dépend à quel moment vous prenez la photographie», illustre Nicole Decker. Si des logements sont mis sur le marché en mai, ils ne seront pas tous loués au début du mois suivant, relève-t-elle en évoquant le cas du quartier du Bas-du-Ruisseau au Landeron. «Il y a 1444 logements vacants sur un total de plus de 90 000. On peut vite avoir de nouveaux logements qui ont de l’influence.»

La pierre plutôt que les actions

Plusieurs phénomènes expliquent l’augmentation du nombre logements vacants. Le premier tient à la finance internationale et nationale. «Depuis 2008 et la crise économique mondiale, il est plus intéressant d’investir dans la pierre que les actions», relève Nicole Decker. Les caisses de pensions ont pas mal de millions à investir.

Des investissements qui se traduisent notamment par «une augmentation significative du parc de logements dans le canton. Pas moins de 1252 objets supplémentaires se sont retrouvés sur le marché entre juin 2016 et juin dernier.»

Immigration plus faible

Une deuxième explication tient à la démographie, principalement l’immigration. Le canton de Neuchâtel s’inscrit dans la tendance du marché national. «Nous sommes très représentatifs de ce qui se passe sur le plan suisse, à savoir une offre plus grande et une migration plus faible», avance la cheffe de l’office du logement. «Sur le plan national, il y a moins d’Espagnols, de Portugais, d’Allemands qui s’installent parce que ça va mieux dans leurs pays.»

Des disparités au sein du canton

Par contre, dans le canton de Neuchâtel, les disparités géographiques persistent. La pénurie touche toujours les districts de Neuchâtel, Boudry, Val-de-Ruz et Val-de-Travers. La Chaux-de-Fonds et Le Locle, plus particulièrement, sont épargnés par le phénomène.

«Le jour où la H20 sera terminée au Locle, nous allons transformer cette ville», assure Nicole Decker. Les bouchons quotidiens sont en effet un problème, les propriétaires y réfléchissent deux fois avant de rénover.

Prix moyen difficile à cerner

Entre 2016 et 2017, le loyer moyen des logements vacants a augmenté, excepté pour ceux de 6 pièces ou plus. Dans le cas des loyers aussi, force est de constater qu’il y a des disparités régionales. Reste que les prix sont difficiles à comparer. Il peut y avoir, au moment où la statistique est dressée, des objets neufs comme très anciens. En matière de taille, on peut passer d’un trois-pièces de 60 mètres carrés à un de 90. Il y a aussi des logements anciens, au 5e étage, sans ascenseur et sans arrêt de bus à proximité.

Défi à relever pour les aînés

Le canton aura quelques défis à relever dans les années à venir. «Ça reste compliqué de trouver des logements adaptés pour les handicapés et les seniors et difficile de trouver des appartements bon marché», constate Nicole Decker. D’ici à 2022, environ 1600 appartements avec encadrement devraient être disponibles dans le canton. Ce qui correspond à au moins 50 immeubles à construire...  

Le marché du logement en quelques chiffres

Moins de locaux commerciaux disponibles

Au 1er juin, le canton de Neuchâtel recensait 175 locaux commerciaux, industriels ou artisanaux vacants. Leur surface totale atteint plus de 37'000 mètres carrés. En 12 mois, la surface vacante a diminué de 29%. Seule la catégorie «atelier, usine» enregistre une hausse (+32%).

Des explications? Si la situation conjoncturelle explique cette dernière augmentation, la baisse enregistrée dans les autres types de locaux serait due à une offre pléthorique. Elle aurait conduit les propriétaires à réaménager ceux-ci en appartements.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top